Miami : Nos premiers pas

4 Août 2016, 18h30 (où minuit et demi heure française), 10H de vol, 1H d’attente aux douanes, un taxi français nous attend à la sortie (merci le groupe Facebook des Mums Expat de Miami), nos 6 valises (dont 7 qui arrivent le lendemain via My first Luggage et hop nous voilà prêt pour une nouvelle vie !

img_0746

Bon, à l’heure où je vous parle, il s’est écoulé quasiment 3 mois, j’ai donc un peu plus de recul sur les choses. En effet,  je pense que si j’avais commencé mon récit avant, le tableau aurait été bien noir ;-(

En effet la vie n’est pas forcément rose ou bleu car pour le moment la vie d’expat‘ n’est pas du tout comme on l’avait imaginé et ce même sous les palmiers et le soleil (certes c’est mieux que d’avoir le froid et la pluie) mais cela fait partie du jeu.

C’est d’ailleurs, ce que vous dira n’importe quel «Expat» avec son vécu et le recul sur son expérience. Il faut en moyenne 1 an pour retrouver des repères et se sentir « bien ».

Bon on en reparle plus tard alors

Notre arrivée

Ainsi, nous faisons face à nos petits lots de galéres auxquelles nous n’étions pas du tout préparés.

Pourtant, avant de partir, Mister P avait bien ficelé les choses  étant à l’initiative du projet. Mais je crois que l’attérissage a été beaucoup plus difficile pour lui au final. Lui, qui adorait tant les US et Miami, le voilà qui déchante assez rapidement. Et pourtant un appartement (à la base un investissement locatif) nous attendait ainsi que des voitures afin d’être plus serein pour commencer l’aventure, sauf que nous avons voulu faire quelques travaux afin de s’y sentir bien le mieux possible.

IMG_2632.JPG

Sauf qu’ici lorsque vous entreprenez de faire des travaux (même si vous êtes propriétaires) vous êtes obligés de demander un permis à la city (la mairie) et de passer par un contractor ou entreprise de bâtiment qui possède une licence. On ne plaisante pas avec les règles !

Et puis ici pas de stress hein, surtout pas, on prends le temps de faire les choses à son rythme ….ouai ouai….bah BIM…1,5 mois de travaux dans la face et de nombreux dollars. Mais bon cela reste un investissement donc pas de regret.

Ainsi, il nous a fallu trouver un appartement de transition rapidement car autant vous dire que rester à l’hôtel cela nous aurait couté 2 mois de salaire.

Par chance, nous rencontrons des français (le bouche à oreille fonctionne bien), qui possède une agence immobilière, qui nous propose de loger au Flamingo sur South Beach. Haaaaa le Flamingooooo…. le non fait rêver et pourtant….

Le Flamingo est une énorme résidence où tous les Springs breaker se rejoignent pour faire la fête.  Résidence de passage, autant vous dire que pour une famille qui cherche la tranquillité, on repassera !

Elle a pour avantages d’offrir pas mal d’aménities comme ils disent ! Soit 2 superbes piscines avec vue sur la baie, une immense salle de sport avec vue, des barbecues, restaurants, laverie, parking, sounds good…MAIS, et oui il y a toujours un MAIS….

L’appartement est comment dire… glauque, enfin il nous a semblé glauque et puis avec notre Litlle V, tout est beaucoup plus compliqué. Il dort dans notre chambre dans un lit parapluie acheté en urgence. Je vous passe le passage sur le sentiment de culpabilité que j’ai eu d’être une mauvaise mére pendant toute cette période, ne supportant que difficilement d’être 24h24 avec lui ;-(

Donc 1,5 mois dans cet appart, à se sentir comme des nomades, car nous sommes ni chez nous, ni en vacances, des valises, à droite et à gauche, à checker l’avancement des travaux en English avec des latinos qui ont un anglais comme le mien, je vous laisse imaginer !  Enfin ça c’est Mister P qui gérait, chacun son job et franchement je lui tire mon chapeau car il a bien géré surtout avec des douleurs d’hernie discale par dessus tout. et BIM autre galère !

whatsapp-image-2016-10-19-at-9-45-51-pm

Vous êtes au pays où il ne vaut mieux pas tomber malade où avoir un souci médical car vous risquez d’y perdre vos deux bras. Le système d’assurance santé et un vrai casse tête chinois, on vous conseille même de passer par un courtier ! C’est à ce moment là que vous vous dites « purée en France on est bien lotie ».

Mais voilà, mon Mister P, souffre, il est tendu, le mal du pays ce fait sentir et le stress fait parler son corps. Séance de Kiné, rdv à l’hôpital, IRM, coaching, pour la modique somme de….BIP…il vaut mieux le garder pour nous ! hahaha cela risquerait de vous effrayer !

A ce moment là, je ne peux pas flancher, et pourtant il y a eu quelques larmes, non je dois essayer de le rassurer, de le booster car il perd confiance et ne voit que le verre à moitié plein. DAMN ! Où est passé mon mari ?? Le couple est mis à rude épreuve ça c’est certain mais on va en ressortir plus fort! (enfin j’espère ;-))

Heureusement, nous trouvons une Nanny américaine au passage pour garder mon Little V avec qui cela se passe plutôt bien d’ailleurs ! Thanks Good ! Et un peu de liberté pour nous au passage. Enfin la liberté à un prix. La Nanny 15$ de l’heure, on en parle ???

Finalement, c’est mon Little V qui s’adapte le mieux à sa nouvelle vie, keep your smile buddy, you’re my sunshine!

IMG_1555.JPG

Enfin chez nous!

Nous emménageons enfin dans notre appartement situé dans un quartier plutôt cool, ça c’est le côté positif. Un quartier en plein développement, idéalement situé, qui nous promet des jours heureux. Il a eu le flair mon Mister P😉.

Par contre, ce cocoon il faut le meubler maintenant et ouiii… donc direction Ikea (heureusement qu’il existe, on y retrouve certaines habitudes, cette odeur familière qui nous rassure, on mange des boulettes suédoises) et nous arpentons le Biscayne boulevard où nous trouvons notre bonheur. Je n’ai jamais acheté aussi vite des meubles pour le coup.

Petite digression, ici il n’y a pas de volets aux fenêtres !! Un gros sujet ça aussi les volets 😉 ! Nous qui avons l’habitude de dormir dans le noir complet, encore une habitude qui se perd.

Et mon fils dans tout ça?

Ensuite, nous partons à la recherche d’une créche (ils appellent ça des Daycares), on trouve notre bonheur, soulagement il reste de la place et c’est à 10min à pied. On y parle anglais et espagnol (enfin surtout l’espagnol) et les enfants sont par classe d’âges et porte l’uniforme. SO cute.

Par contre, examen obligatoire chez le pédiatre, il faut un certificat de vaccinations.

Le rdv est un sketch ! Un véritable travail à la chaine, au bout de 1h30 de dossier à remplir, nous voyons la pédiatre qui l’osculte 5min pour me dire que mon fils est en retard dans la parole !!! Non mais, meuf, tu sais que mon fils n’a même pas 2 ans et qu’il ne parle pas la même langue que toi ????

Bref, mon Little V, se retrouve donc à faire 3 vaccins, ça aussi c’est totalement différent de chez nous ! Ils veulent le vacciner contre la varicelle, la grippe, l’hépathite A, on se calme là ! Heureusement qu’ils ne sont pas obligatoires ;-(

175$ la visite chez le pédiatre, on peut en parler aussi ? Et mon Litlle V, qui se retrouve le lendemain à ne plus pouvoir marcher tellement il avait mal, mon pauvre chaton ;-(

 

img_1626

Sans oublier, la partie administrative comme tout nouvel arrivant sur le territoire US. Il nous a fallu aller ouvrir un compte bancaire (comprendre le système du crédit score, je vous expliquerai dans un autre article) chercher un numéro de sécurité sociale où l’attente fut terriblement longue (indispensable ici si vous voulez emprunter, acheter une voiture ou travailler), avoir son permis de conduire floridien (une formalité), l’administration est tout aussi compliquée qu’en France bien qu’au final bien mieux organisée (avec du recul).

Rêve ou réalité?

Bref, tout nous semble alors très compliqué ou du moins tellement différent de chez nous et nous avons l’impression que tout est contre nous. Mais pourquoi ??? Avons-nous fait une erreur en quittant notre vie parisienne? C’est ce qu’on appelle sortir de sa zone de confort mais pourquoi encore une fois ?? Que sommes-nous allés chercher? On était bien à Paris. On voulait du changement et bien nous voilà servis😉

Comme on dit l’herbe n’est pas plus verte ailleurs, et on sait ce qu’on a, mais on ne sait pas ce qu’on aura ! Une chose est sûre c’est que nous sortirons grandit de cette expérience même si elle ne dure pas aussi longtemps que nous le souhaitons.

Ha oui vous allez me dire, mais tu vis dans une carte postale, le soleil, les palmiers, la plage, la piscine…ok c’est dur mais ce n’est pas non plus le bagne. Alors, oui, on culpabilise un peu de se plaindre  et de râler car en photo, il est vrai que notre nouvelle vie envoie des paillettes je l’avoue. Attention, nous ne sommes pas malheureux, non plus, mais un peu déboussolés et on a ce sentiment  un peu seul dans cette aventure. Vous nous manquez les gars !

Bien sur, le temps est idéal, le soleil brille, on a plutôt bonne mine, l’eau est chaude mais nous n’avons pas l’impression d’en profiter pour le moment et quelle frustration !!!! Oui oui  je vous entend nous dire, step by step, soyez patients les enfants , vous avez le temps…mais vous savez trés bien que c’est facile à dir et puis mon mister P est tout sauf patient ( oui j’entend certains me dire « mais t’as signé Steph »)

Mais ça, seul les expatriés peuvent le comprendre, c’est comme tout, tant que tu ne vis pas les choses, tu peux imaginer mais pas forcement comprendre. Nous y sommes!😉

Je crois que cela, nous pousse au delà de nos limites, on apprend à mieux se connaitre, découvrir d’autres facettes de sa personnalité, se remettre en question, on se surprend à inverser les rôles, à trouver la force pour avancer, à se voir faible et courageux et se faire confiance, c’est assez surprenant !

Nous sommes dans un ascenseur émotionnel avec des jours avec et des jours sans.

Aujourd’hui, je commence à prendre petit à petit mes marques, je trouve de nouvelles habitudes, le repères se mettent en place au fur et à mesure. Ce qui est plus difficile pour Mister P mais chacun son rythme.

J’essaie de profiter un maximum, car l’expérience peut s’arrêter du jour au lendemain et surtout que tous ces petits tracas de la vie font partie de cette jolie aventure. Une vie à Miami ça se mérite, à nous de se donner les moyens d’aller au bout et de rester positifs et soudés pour ne pas avoir de regrets.

Gardons la lucidité,  gardons les pieds sur terre et restons fidèles à nos valeurs c’est comme ça que nous avancerons dans un sens comme dans un autre. On trouvera de toute évidence le bon chemin je suis confiante.

En tout cas une chose est sûre, c’est que ces premiers pas d’expatriés à Miami resteront gravés a jamais dans nos mémoires.

Sourions à la vie, elle nous le rendra.

Eveything gonna be ok, we good!

 

moi-towel

Publié par

Mummy Parisienne et fashion expatriée récemment à Miami. Gourmande, bonne vivante et spontannée, j’adore découvrir et partager des bons plans. Ma devise " Souris à la vie, elle te le rendra". La quête du bonheur ne vous tombe pas du ciel, elle se cultive !

3 thoughts on “Miami : Nos premiers pas

    1. merci aurélie c’est super gentil!!!et oui les debits sont toujours compliqués toi meme tu sais 😉 et lavie d’expat meme sous les palmiers et pas forcement evidente contrairement a ceux que le gens pensent ;-)! On a choisi miami car on voulait une destination ensoleillee, vivre une autre culture pas radicalement opposée non plus à la notre ( quoique ;-)) et car mon mari voulait développer une branche de sa compagnie la-bas.

      J'aime

  1. Tellement vrai tout ce que tu dis! Heureusement quand on tient bon, les choses se mettent en place petit à petit. Le mal du pays et des habitudes est parfois présent mais Ca dure jamais 😊 Super article!

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s