Expatriation à Miami: Le point à mi-chemin de notre visa!

« Nous avons DEJA fait la moitié du chemin sur notre visa de 5 ans!!!! »

Comme on dit ici « Time flies  »

D’ailleurs, certains nous dirons « C’est tout?  » d’autres  » Bon alors vous rentrez quand?  »  ou encore  » On a l’impression que vous êtes partis hier » et pourtant il s’en sont passées des choses !

On a même eu le temps de déménager et de faire un petit américain au passage c’est fou non??

Bienvenue mon petit Martin dans cette belle aventure!

martin.jpg

Du coup, j’ai eu envie de me poser et dresser le bilan de ces 2 grosses années si riches et intenses qui me semblent être passées à une vitesse de l’éclair !

L’écrire est aussi une façon saine de prendre du recul  et de répondre à certaines questions. Mais avant tout de se rendre encore plus compte de la chance que nous avons de vivre cette experience qu’est l’expatriation avec ses avantages  mais aussi ses inconvénients. Et oui, il y en a aussi, contrairement à ce que certains pensent -)

Car l’expatriation c’est un véritable grand huit emotionnel. Nos sentiments sont bouleversés  et amplifiés assez souvent mais quel apprentissage de la vie !

miami-2.JPG

Tout d’abord qu’est ce qu’on aime à Miami?

Le « life style  » de Miami, ses palmiers, ses cabanes de sauveteurs, ses differents quartiers, ses sunsets de folie, sa proximité avec les caraïbes

On ne vas pas vous le cacher, la vie à Miami est plutôt chouette et n’a rien a voir avec notre vie parisienne d’avant.

miami-2ans

Moi, qui finalement avait cette envie profonde de rentrer en France, à ce jour, je n’en ai point l’envie. Désolée papa et maman mais je pense à vous tous les jours ;-)!

Mon dernier séjour en France m’a ouvert les yeux sur la chance que j’avais de vivre ici. Mais surtout offrir cette vie à mes enfants n’a pas de prix, on est d’accord!

C’est vrai qu’il y a pire que de vivre sous les palmiers et le soleil toute l’année, vous me direz!?

Tout notre style de vie a changé et on l’apprécie de jour en jour. Désormais, les week-end se passent au bord de la piscine ou de la mer, nous sommes en short et tongs une bonne partie de l’année! Adieu auto-bronzant et grisaille 😉 #sorryimnotsorry

miami-12

Et puis, quelle chance de pouvoir voyager et visiter facilement les USA !

Nous n’avons jamais voyager autant depuis que nous sommes partis.

Entre la découverte de la Floride, les Bahamas, Cuba, Las Vegas et ses canyons, le Texas, la Lousiane, Nyc, Washington, Antigua, Montréal et dernièrement la Californie, on peut dire que l’on profite à fond. Et franchement, on aurait tord de pas le faire, non?

Et puis comme on dit « on a qu’une vie » et c’est parenthése enchantée on a envie de la vivre pleinement !

Alors, combien de temps pour s’adapter à cette nouvelle vie?

Une expatriation à Miami ça se mérite 😉

Il nous aura fallu 1 an pour que chacun se sentent à l’aise dans cette nouvelle vie et trouvent ces repères et ses habitudes. Nous nous sommes concentrés dans un premier temps sur notre équilibre familiale qui, selon moi, était le point de départ essentiel  pour cette nouvelle vie.

Pour Philippe, les 6 premiers mois de l’année ont été très difficiles car sortir de sa zone de confort est un exercice assez périlleux.  Lui, vous dira que c’était 4 mois mais bon il a toujours tendance à minimiser le négatif ;-)) .

Pour ma part, impossible de flancher à ce moment là, donc j’ai pris le relais 6 mois après ;-). C’est ce qu’on appelle un travail d’équipe non? Une chose est sûre c’est que nos liens se sont renforcés et que nous avons pu compter l’un sur lautre quand ca n’allait pas.

miami-11

Puis, j’ai aussi flanché, il m’a été difficile à un moment donné d’imaginer rester vivre à Miami. Ne sachant pas quoi faire de ma vie, le manque d’une vie professionnelle se faisant sentir, la distance avec ma famille et mes amis était de plus en plus pesante, ma vie parisienne ne m’appartenait plus et je me suis demandée si c’était ça la « vraie vie « ? D’ailleurs c’est quoi la vraie vie finalement ??

Puis les projets sont arrivés au bon moment, et comme il n’y a pas de hasard dans la vie, je suis ensuite tombée enceinte rapidement contrairement à ce qu’on avait imaginé.

Aussi, je crois formellement au fait que si les choses doivent se passer, elles arrivent ! Et effectivement, je crois que cette grossesse m’a permis de réflechir à ce qui était bon pour moi et de me recentrer sur l’essentiel soit ma famille  et mon épanouissement personnel.

Puis Martin est arrivé. Un tsunami émotionnel et on perdait encore notre équilibre. J’ai eu la chance de profiter de mon Martin pendant 7 mois à plein temps. Mais pour ne rien vous cacher, cela a été plus compliqué que je ne laurais imaginé. Me retrouver « seule » avec Martin n’a pas été un exercice si facile pour moi. La complexité de la maternité vous joue parfois de sacré tour et il est parfois difficile d’y faire face. J’ai complétement perdu pied et le « burn out parental » m’a touché. C’est un sujet délicat que je n’aborderais pas forcément ici car c’est un peu douloureux et je ne suis pas sûre que tout le monde puisse comprendre.

Mais toujours est-il que j’ai pris les choses en main pour ques les choses changent. Et aujourd’hui, Martin va à la crèche, j’ai commençé un bilan de compétences pour m’aider à trouver ma voix et surtout me reconnecter avec moi-même. Une vraie introspection et un travail difficile, je vous assure, surtout quand vous êtes loin de ceux que vous aimez !

Mais le changement est en marche et j’espère y voir plus clair prochainement.

miami-17

Girl Power !!!

Ce qui me manque le plus ?

La famille et les amis of course puis la bonne bouffe, les apéros en terrasse des cafés ensuite 😉 et les reliefs car la Floride est un Etat plat !

Comment j’ai géré le manque de mes proches ?

Aujourd’hui j’ai appris à vivre loin de mes proches et ce n’est plus un problème car je sais exactement sur qui je peux compter et j’ai accepté de ne plus être actrice dans leur vie au quotidien. Mais Merci les réseaux sociaux et merci Instagram ! Car ce réseau a été une vraie thérapie pour moi. Il me permets de garder le lien social avec mes proches ( enfin certains) et de tisser des liens forts avec des personnes bienveillantes mais aussi de continuer à exister!  Bizarre hein? 😉

En fait, ce qui m’est le plus difficile à vivre c’est le jugement de certaines personnes sur notre vie. Cette vie on l’a choisie et on s’est donné les moyens de le faire pour y arriver. Mais croyez moi, la carte postale n’est pas tous les jours toute rose même si elle est plus chouette à regarder 😉

miami-10

Alors, est-ce que vivre sous les palmiers à des milliers de kms de nos proches, ne nous autorise t-il pas à avoir un coup de blues de temps en temps?

En effet, c’est difficile de ne plus être présent pour les grands évènements, de ne pas pouvoir présenter son fils à ses amis, tout ces moments qu’on aimerait partager avec nos proches. Le constat c’est que nous sommes loin et c’est pas toujours évident à gérer et la plage ne console pas tout !

miami-16

La distance permets de faire le tri dans ses relations, c’est triste mais c’est vrai. On s’est éloignés de personnes qui nous étaient très chères, pour des raisons parfois qui m’échappent un peu. Les chemins se séparent et on apprends à faire de cette distance notre alliée.

Comme dirait Native « c’est la vie qui veut ca »

Concernant mes parents, les relations n’ont pas changées et se sont même renforcées. Quel bonheur de les avoir vu à Miami déjà 2 fois dont une fois où nous avons fait un road trip dans l’ouest US et une fois pour la naissance de Martin. Des moments magiques et inoubliables. Et bientôt pour les fêtes de Noël!

D’ailleurs, avec tous ceux qui sont venus nous rendre visite, nous avons créer des liens encore plus forts. Merci à vous les gars d’être venus, c’était un plaisir !

Franchement, quoi de mieux que de faire découvrir ta ville et ta vie à tes proches quand ils sont en vacances 😉

 

 

Allez les gars on vous attends, vous ne serez pas déçus du voyage promis 😉

Et niveau professionnel où j’en suis ?

C’est un peu la grande question du moment! Que vais-je faire?

Je me suis toujours dit qu’une expatriation réussie résidait aussi dans le fait de travailler dans le pays. Ce qui était d’ailleurs mon objectif en partant avec l’apprentissage de la langue. Aujourd’hui, je suis en pleine réflexion à ce sujet et comme je vous le disais plus haut, je fais un bilan de competences pour m’aider en ce sens.

Certains penseront sûrement que j’ai perdu 2 ans, en revanche ces 2 ans m’ont enrichis d’une manière que je n’aurais jamais imaginé. J’ai souvent pensé que je n’avais rien fait et j’ai eu tendance à me rabaisser. Peut-être du fait qu’en France, on existe socialement car tu as une vie professionnelle réussie et établie, je ne sais pas?? D’ailleurs, la question me met souvent mal à l’aise mais surtout le regard des autres.

Mais mon temps libre, je l’ai occupé en arpentant et en découvrant la ville, ce qui m’a permis de réaliser l’écriture d’un guide sur Miami avec une maison d’Edition en France @editionsnomades.

miami l'essentiel

Et quelle fierté d’avoir son livre en vente sur amazon, à la fnac ou dans certaines librairies! Dailleurs , si vous ne l’avez pas encore gare à vous!  Achètez le tout de suite en cliquant ici 😉

Un grand merci à ma Florie ( une « girl like you », mon big crush de 2018) et Lucille qui m’ont fait confiance et qui m’ont permis de me réaliser en tant que personne et de m’ouvrir une jolie porte.

Suite à ça, en a découlé la collaboration avec le créateur de Bon plan Voyage NYC, Alexandre Vendé, sur la creation d’un blog sur les Bons plans en Floride sur lequel jai rédiger plusieurs articles sur la Floride mais aussi de visite guidées de « Miami en Français ». J’ai ainsi participé à la création de toutes ses belles visites de la ville. Donc n’hésitez pas si le coeur vous en dit d’en faire une 😉

miami-33

Et puis j’ai fait un bébé, j’ai profité de mes enfants et de la vie. Et finalement, je me dis que je me suis enrichie d’une manière différente. Par contre,  avouons-le, le soucis quand tu vis dans une ville ou les gens partent en vacances, c’est que du coup tu te crois tout le temps en vacances aussi et que cela pousse un peu à la fainéantise. You know what i mean ??

Toujours est-il que je verrais bien ce que me réserve 2019 mais j’espère bien pouvoir retrouver un job qui me permettent d’exister et de me sentir bien et retrouver une indépendance financière.

Alors affaire à suivre et laissons les opportunités venir à soi aussi;-)

Et l’anglais dans tout ça?

Do you speak English or Spanish?

Aaaaaaahhhh un sujet facheux pour moi car j’ai effectivement un niveau toujours insuffisant pour pouvoir travailler dans mon ancien job de RH. Je suis loin d’avoir le niveau que je devrais avoir au bout de 2 ans. Soyons honnête avec soi-même!

Même si j’ai progressé quand même! En même temps ce n’était pas très difficile vu mon niveau de départ 😉

Le vocabulaire me manque et les fautes de conjugaison sont trop importantes.-)

Mais j’ai pris des cours d’anglais pendant 2 mois au Miami Dade College et je viens de me ré-isncrire pour 2 mois. Le changement est en marche je vous dit 😉

N’oublions pas qu’à Miami, il y a beaucoup de latinos et donc l’espagnol est limite la première langue ici et ça peut-être un frein en plus! Mais chaque chose en son temps hein, je vous vois venir 😉

Mais ne nous voilons pas la face ! Le vrai soucis c’est que nous faisons l’erreur de beaucoup d’expatriés soit de fréquenter trop de français ( et je les adore ceux que nous voyons) !! Forcément cela n’aide pas mais j’ai également l’impression étrange que mon cerveau fait un blocage  😉 Même mon fils va parler mieux que moi dans 1 an au rythme où il va !!

Mais je ne perds pas espoir ça va bien finir par venir !

Est-ce qu’on s’est fait des amis ?

Amis, potes, connaissances, des rencontres il y en a eu beaucoup merci Instagram d’ailleurs 😉

Des amis americains? Et bien la réponse est non. On nous avait prévenus que c’était compliqué. Et, effectivement les américains sont assez inacessibles contrairement aux apparences.  A première vue, ils sont super « friendly » mais le lendemain ils ne vous disent à peine « Bonjour ».

Des amis français? Oui heureusement d’ailleurs!

 

 

Aprés j’ai compris rapidement que ce n’est pas parceque l’on est français vivant à l’étranger qu’on doit tous bien s’entendre!

Mais heureusement j’ai trouvé des compères girlys avec qui faire des virées nocturnes arrosées ! Dieu soit loué!

Et valentin il en est où ?

Valentin a 4 ans, il nous impressionne de jour en jour par sa capacité d’adaptation. Ce petit bonhomme arrive à switcher les 2 langues de façon impressionnante. Il va bientôt me faire les traduction à ce rythme ! Mais quelle fierté!

valentin

Il va encore au « Daycare » car ici, l’école est obligatoire à partir de 5 ans révolu en Octobre. Donc, étant du mois de Décembre, il va devoir attendre une année de plus et sera en VPK (Voluntary Prekindergarten). Ce sont des programmes scolaire et éducatif « validé » par l’Etat de moyenne section de maternelle où les frais de scolarité sont en partie pris en charge par l’Etat (un peu moins de la moitié).

Il est inscrit dans un club de soccer ball et oui, on est champion du monde 😉 et il a des copains. Je crois que tout roule pour ce petit bonhomme et heureusement! Pourvu que ça dure!!

Alors on rentre ou pas ?

C’est une bonne question! Qui, pour le moment n’a pas de réponses.

Enfin…. si on rentre c’est que notre visa n’a pas été renouvelé car nous n’aurons pas le choix. Mais notre volonté est bien entendu de poursuivre l’aventure.

Alors, finger crossed, on va se donner les moyens et il peut s’en passer des choses en 2,5 ans.

miami-13

Donc Keep cool et let’s the adventure goes on ! L’expatriation c’est l’aventure d’une vie!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié par

Mummy Parisienne et fashion expatriée récemment à Miami. Gourmande, bonne vivante et spontannée, j’adore découvrir et partager des bons plans. Ma devise " Souris à la vie, elle te le rendra". La quête du bonheur ne vous tombe pas du ciel, elle se cultive !

3 commentaires sur « Expatriation à Miami: Le point à mi-chemin de notre visa! »

  1. Dommage pour les amis américains. Moi c’est un peu le contraire puisque je suis je venu pour la fac et j’ai fun faire le contraire et essayer de me faire des amis français quand il était clair que j’allais rester plus longtemps ici ….

    J'aime

  2. Super article ! Je me reconnais dans beaucoup de points, bien que cela ne fasse que six pour ma part. Une belle aventure, avec ses défis, mais qui vaut 10 000 fois la peine d’être vécue !

    J'aime

  3. Super article!! C’est sympa d’avoir l’envers du décor aussi.. pas toujours le beau côté. Nous pensons aussi à nous expatrier sur Miami et du coup ce genre d’articles est top pour réaliser un peu mieux ce que cela engendre.
    Merci 😊

    J'aime

Répondre à M. Annuler la réponse.

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s