Portrait de Fanny, « Mum of 3 girls », expatriée aux USA dans le Wisconsin

Je vous présente la pétillante et rigolote Fanny qui vit aux USA dans l’Etat du Wisconsin depuis 3 ans avec sa petite famille. Elle s’apprête d’ailleurs a avoir une petite « américaine » . Elle partage avec humour son quotidien et sa vie de maman avec beaucoup de bienveillance et d’auto-dérision qui peuvent en décomplexer plus d’unes 😉

C’est un « femme d’expat » qui a choisit de profiter de ses enfants et de s’occuper de son foyer et qui l’assume complètement et on adore ! Ils sont aujourd’hui titulaire de la green card et elle vous explique un peu son parcours et sa vision de l’expatriation vue par une « maman au foyer ».

Pays et Ville d’origine : FRANCE
Pays et ville d’accueil: USA/ Wisconsin
Type de Visa: GREEN CARD (avant J1/J2)

Peux tu te présenter en quelques lignes

Je suis Fanny, maman au foyer de 2 petites filles et enceinte de ma 3ème. Je suis originaire de Haute Marne, France. J’adore voyager, découvrir de nouveaux endroits en famille. Depuis que nous vivons aux USA, nous profitons encore plus de sorties en famille, des grands espaces, les voyages mais au quotidien, je m’occupe de ma petite famille.

Pourquoi es-tu expatriée, depuis combien de temps et quel est votre parcours pour avoir la fameuse « green Card » ?

Nous sommes arrivés aux États-Unis en Mai 2016 soit 3 ans maintenant. Avec mon mari, nous avions envie de tenter une expérience professionnelle (pour lui) et familiale à l’étranger. Alors quand l’occasion s’est présentée nous avons bien évidemment saisie cette opportunité.

Nous sommes arrivés sous visas J1/J2 trainee car l’entreprise nous voulait rapidement. Au bout de quelques mois, après avoir eu un refus de visa H1b (non tiré au sort) l’entreprise nous a proposé de lancer la procédure de Green Card pour notre plus grand plaisir. Nous avons obtenue la GC en 1 an et demi, procédure rapide

Combien de temps pour t’intégrer à ta nouvelle vie?

  Je dirais assez rapidement… Je n’ai pas vraiment de date, une durée en tête. Pour ma part les six premiers mois ont été vraiment signe de découvertes, de choc culturel parfois positif, parfois négatif…
Passé les six premiers mois, j’ai très vite pris mes marques ici et créé notre petite routine .

Après, nous avons aussi eu la chance d’arriver dans de bonnes conditions avec l’entreprise qui emploie mon mari ici (logement, aides diverses…) et puis les américains sont souvent accueillants. J’ai vite fait la connaissance de deux américaines en particuliers, qui m’ont aidé pour les inscriptions scolaires, l’administratifs… C’est une chance quand on est un peu perdue au début notamment à cause de la barrière de la langue.

Ce que tu faisais avant ? Ce que tu fais maintenant? Et Comment as- tu fait pour trouver un emploi?

J’ai travaillé dans le domaine du médico-social pendant 2 ans puis 2 ans auprès d’enfants en situations de handicap à l’école avant de tomber enceinte et de prendre la decision d’élever mes enfants et d’en profiter.

Ainsi, avant de partir, je ne travaillais déjà plus et je m’occupais déjà de mes enfants c’était donc l’occasion pour nous de franchir le pas plus facilement… Forcément cela me faisait moins peur de partir et de tout quitter. Je n’avais pas cette « appréhension » de ne pas avoir de « Job » car j’en avais déjà un à temps plein celui de m’occuper de ma tribu et surtout c’était un choix !

J’ai ainsi développé mon compte instagram mais qui ne me permets pas d’en vivre à ce jour. Et j’ai également écris et publié un livre « Chroniques d’une maman presque imparfaite. Un livre simple et qui parle avec humour de la parentalité.

À l’heure actuelle, on peut donc dire mon « job » est d’être « maman » mais que cela implique énormement de tâches au quotidien aussi intenses qu’ un job en entreprise contraitement aux idées rećues. Pour certain c’est pesant, moi j’y trouve mon équilibre. Je ne dis pas que je n’aimerais pas souffler parfois en solo 5 minutes, mais la plupart du temps j’y prends plaisir et je crois que ça fait toute la différence.

5/ Etre femme au foyer est un sujet taboo surtout en France, et on a souvent cette idée un peu cliché de la femme d’expat comme celle d’un  personnage sorti tout droit de Desperate Housewives. Qu’en penses tu ? Et comment décrirais-tu ton job?

Si je suis une Desperate alors je veux bien le physique de Gaby (mais j’ai pas de jardinier ;-))

Il est vrai que c’est plus difficile à assumer en France qu’ici aux USA. Je pense qu’on est pas considérée de la même manière socialement lorsqu’on est maman au foyer ici et en France.

Aux USA, les mères au foyer ne sont pas rares et elles s’assument, bien souvent par choix.

Il y a des choses mise en place pour elles (et les enfants), les instants mamans à la library, les rdv café et jeux …

En France, cela reste tabou, d’ailleurs j’ai souvent la question de français : tu vas reprendre un travail quand ? Tu ne peux pas travailler avec ton visa ? Quand ta fille va aller à l’école tu vas travailler ?

Comme ci cette situation ne pouvait être QUE subit et non choisit 🤷🏻‍♀️.

Je ne dis pas que je ne vais pas reprendre une activité professionnelle un jour, c’est d’ailleurs un souhait, mais pour le moment, c’est un choix. Un choix familiale, et je mesure aussi la « chance » que j’ai de pouvoir nous le permettre financièrement.

As-tu envie de travailler aux USA? ou de te mettre ton compte un jour?

Oui !

J’ai déjà réfléchi à plusieurs projet, mais rien de concret pour le moment (c’est pourquoi je n’en parle pas pour l’instant).

J’espère pouvoir entreprendre quelque chose d’ici quelques petites années.

Quel conseil donnerais-tu à une femme qui vient ou souhaite s’expatrier et qui devient « mère au foyer » pour l’assumer ?

Je lui dirais d’être en phase avec ses idées. Qu’ici, le jugement sur cette situation ne sera pas ressenti, alors qu’elle le vive pour elle et sa famille sans se soucier du regard des autres.

L’important c’est qu’elle trouve son équilibre et que la situation convienne à toute la famille.

En tout cas, aux USA, elle ne sera pas seule 🙂

Et ton niveau d’English on en parle ? Es- tu bilingue ? D’ailleurs ton expression favorite de ton pays/ville d’accueil?

Quand je suis arrivé ici il y a trois ans, j’avais un niveau plus que scolaire… Le niveau scolaire du fond de la classe tu vois 🙂 ou comme celui de beaucoup de français hahaha!

Je ne comprenais absolument pas les américains qui me parlaient, j’étais incapable de me débrouiller seule… et finalement avec le temps ma compréhension s’est très vite améliorée. Aujourd’hui je me débrouille, je comprends très bien, je peux m’exprimer et échanger en anglais, même si je ne suis pas toujours très à l’aise encore avec un manque de vocabulaire certain.

Ce qui m’a beaucoup aidé se sont la lecture et les séries en VO. Rien de mieux que de se regarder (ou re regarder) Friends (chacun sa série préférée) en VO pour progresser.

Lire des lires, parfois même pour enfants. Et puis « se faire violence » et oser sortir et rencontrer d’autres personnes pour communiquer. Les rdv café/mamans, les sorties d’école, la library, … oser ! Surtout que l’avantage de vivre aux USA c’est que personne en te juge alors n’ayez pas peur !

Mon expression favorite : « Life is better with friends »

La chose la plus difficile dans  l’expatriation? Le chose la plus positive ?

La chose la plus difficile dans l’expatriation, je dirais forcément la distance avec la famille, les amis. Le fait d’être seul à l’autre bout du monde n’est pas toujours évident mais a force on s’y habitue et les relations sont d’autant plus sinceres et vraies au final avec la distance. Ca aide à prendre du recul!

La chose la plus positive pour moi c’est l’expérience unique, qu’elle soit pour une courte durée ou sur du long terme, avoir la chance de vivre quelque chose d’unique et offrir cette qualité de vie à nos enfants c’est pour moi le plus chouette avec ses avantages et ses inconvenients.

Si tu devais décrire ton expatriation en 3 mots

  Inattendu, inespérée et magique

Si demain on te dit « on recommence », tu changerais quoi?

ABSOLUMENT RIEN

 C’était sport, complètement improbable et très peu de personnes croyaient en notre envie, notre projet…

Notre visa de départ ne nous permettait pas de rester, et puis… Je crois qu’il faut jamais lâcher l’affaire, jamais rien regretter, alors même si les premiers temps ont été galères et plus qu’incertains, nous n’avons aucun regret car on vit cette experience comme elle nous correspond et telle qu’on avait envie de la vivre : à fond !

Qu’est ce que t’as apporté cette experience ?

Une meilleure estime de moi, un regard fier sur le parcours de mon conjoint, et je dirais une ouverture d’esprit sur les autres, une prise de recul sur moi et les autres et surtout une culture différente…soit pleins de richesses qui sont propres à l’expatriation.

Si tu devais donner UN SEUL ET UNIQUE conseil pour ceux qui ont envie de tenter l’aventure?

VIVEZ VOS ENVIES !

Tout simplement je leur dirais de croire en eux, de vivre leur vie, pour eux, leur famille… de ne pas forcément écouter les conseils ou les avis des autres. Car c’est votre histoire à vous !

Que la vie est courte et que parfois l’expatriation ça se passe pas forcément comme on l’aurait souhaité, mais que quoi qu’il arrive, c’est une expérience unique et parfois l’expérience d’une vie donc saisissez votre chance et croyez en vous et votre destin!

Ton leitmotiv de tous les jours en une citation?

« La vie est trop courte pour la passer à regretter tout ce qu’on a pas eu le courage de tenter »

Merci Fanny pour ce joli interview si inspirant et qui pourra sûrement rassurer certaines sur le cliché qu’on a de la « femme d’expat au foyer ». Tu es inspirante par ta spontaneïte et ta sincerité et on adore ça! et j’ai envie de dire bravo à toutes ces supers mamans d’ailleurs qui font le job le plus difficile au monde !

Instagram: @fannyfrenchfamily

Publié par

Mummy Parisienne et fashion expatriée récemment à Miami. Gourmande, bonne vivante et spontannée, j’adore découvrir et partager des bons plans. Ma devise " Souris à la vie, elle te le rendra". La quête du bonheur ne vous tombe pas du ciel, elle se cultive !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.