Marilou, gagnante à la loterie US, « american dreameuse » et créatrice de la marque Ethique Bichōn®️ à Miami

Voici le joli et inspirant portrait de Marilou que j’ai découverte depuis peu et qui se cache derrière la marque ethique de tee-shirts basiques brodés made in USA Bichōn®️.  Un sacré bout de femme, solaire, authentique, courageuse et déterminée à vivre son rêve américain comme elle l’a toujours voulu.

Marilou, fait partie de ces chanceux qui ont gagné le graal de la « Green card » à la fameuse loterie Us et qui a fait de son expatriation une réussite!

Alors, même si elle a eu un coup de pouce du destin, sachez que rien n’arrive par hasard et la chance elle se provoque aussi 😉

Peux-tu te présenter en quelques lignes

Je m’appelle Marilou, je suis une « Ch’ti » d’origine (sans accent! ;-)). Mais je me définirais plutôt comme une parisienne américanisée puisque j’ai vécu de nombreuses années à Paris, entrecoupées d’expériences au Texas, en Louisiane, à New York et maintenant à Miami.

Pourquoi es-tu expatriée à Miami? Volonté ou fruit du hasard?

Un choix bien sûr, mais aussi ma destinée!

Eh oui, je suis expatriée à Miami depuis 4 ans après avoir gagné la fameuse « Green Card » à la loterie. Non ce n’est pas un mythe!

L’envie de retourner vivre aux USA après mes 15 mois à NYC à 25 ans ne m’a jamais quittée. J’ai donc tenté ma chance chaque année qui a suivi!

Ne jamais perdre espoir ! 

La 4eme fois était la bonne et le timing était parfait! Je crois vraiment que c’était écrit!

En effet, ca faisait 5 ans que j’étais à Paris, en CDI et j’étais prête à sortir de ma zone de confort!

Et puis, avec les Etats-Unis, c’est une grande histoire d’amour depuis bientôt 14 ans!

Je connaissais déjà bien le pays pour avoir vécu dans 3 villes différentes et visité une quinzaine d’Etats depuis mes 22 ans. J’avais connu l’immersion en Amérique profonde, les USA rétro et son charme désuet. Tout ce que j’adore!

Puis j’avais réalisé mon rêve de petite fille, à savoir vivre à NYC et découvrir le côté cosmopolite et avant-gardiste du pays. Cette fois-ci, je souhaitais découvrir encore une autre Amérique!

Miami et sa vibe latine, ses clichés, sa géographie, ses excès, son potentiel… Et puis je gagnais en exotisme après une jeunesse dans le Nord et sur les plages de Dunkerque 😉

Peux-tu nous raconter comment s’est passé ton histoire avec la loterie et comment ça marche suite au tirage au sort?

C’est l’année de mes 30 ans que j’ai été tirée au sort. J’avais joué en Octobre 2013 sur la plateforme officielle et gratuite https://dvlottery.state.gov/.

Nous étions debut Mai 2014, à la pause déjeuner au bureau. J’ai saisi mon numéro d’enregistrement (à conserver précieusement car vous n’êtes pas prévenu).

Je m’attendais à  la formulation des années précédentes « We are sorry… » mais cette fois-ci j’ai lu « Congratulations! You have been randomly selected… »

Je figurais parmi les 125 000 tirés au sort dans le monde, sur je crois environ 13 millions de joueurs! Le truc de fou !

Mon coeur s’est mis à battre très fort, j’étais physiquement en état de choc!

J’ai compris tout de suite que mes prochaines années de vie s’apprêtaient  à basculer! J’ai quelques jours plus tard soumis un dossier en ligne qui était déterminant pour conserver l’éligibilité en vue d’un RDV avec l’ambassade.

J’ai reçu une convocation par email en Août, au bord de la piscine en vacances à Palm Springs!

Et début Octobre, j’étais parmi les premiers des 45 000 gagnants annuels!

Une fois à Miami,  combien de temps pour t’intégrer à ta nouvelle vie?

Je dirais qu’il m’a fallu environ 2 mois pour me sentir « bien », le temps de trouver le job de rêve, un appart avec une vue dingue sur la baie et de faire mes premières belles rencontres.

Il faut vraiment se bousculer, essayer de participer à  un max d’événements, ne pas hésiter à demander des mises en relations, réseauter via Facebook et Instagram, les Français à Miami, Internations… De même que pour trouver un appart, au départ je cherchais une coloc. Il y a tout un tas de sites du style roomster, craigslist, les Français à Miami…qui vous facilitent la vie et qui vous aident. Les premiers mois sont super challengeants et de faire preuve de débrouillardise. Le nerf de la guerre! 

 

Tu faisais quoi avant de venir aux USA? Ce que tu fais maintenant?

Pendant 5 ans à Paris j’étais responsable de la communication interne au sein d’une agence de communication.

Puis à Miami, je me suis ouverte au marketing et à la vente en développant une marque de maillots de bain française sur le marché américain. J’ai ensuite mis un pied dans l’industrie du luxe en travaillant pour un distributeur d’horlogerie et de joaillerie.

L’idée de monter ma boite est née l’été dernier. Je ne m’étais jamais projetée « auto-entrepreneur »
et une belle synchronicité m’a soudainement décidée!

J’allais sur mes 35 ans, j’étais entourée d’amis inspirants qui s’étaient lancés ici dans l’entreprenariat. Je souhaitais mettre à profit ma connaissance du marché local acquise ces 3 années à Miami et puis je voulais donner vie à un projet, après la perte d’un être cher.

Et comme une évidence, le soir même où l’idée de lancer une marque éthique de souvenirs m’est apparue, je dessinais les premières broderies de Bichōn®️.

D’ailleurs, peux-tu nous parler un peu de ta marque et du concept ?

Bichōn®️ est une marque locale, éco-friendly et philanthropique qui s’adresse aux locaux, expatriés et touristes des villes iconiques des Etats-Unis,  à commencer par Miami. 

Bichōn®️ revisite de manière responsable, en s’engageant sur les problématiques humaines, environnementales et économiques, les clichés de ces villes américaines.

La marque propose des broderies sur des essentiels (t-shirts et casquettes) 100% coton pour femmes, hommes et enfants.

Et petit détail sympa, une partie de ces broderies est phosphorescente la nuit, en clin d’oeil aux néons, caractéristiques des paysages des Etats-Unis. 

Un conseil pour se lancer dans l’entreprenariat en tant qu’expat? En tant que femme ?

Je suis plutôt novice pour donner des conseils mais je dirais qu’il faut mener son projet avec une très forte conviction, rester authentique et s’entourer de personnes de confiance, qui vous soutiennent. La vie professionnelle est déjà très challengeante.

Mais la vie entreprenariale, à l’étranger, l’est je pense,encore davantage!

Il faut être bien entouré! Et aussi une chose fondamentale il faut “bichonner” son réseau professionnel et amical.

Et pour un conseil en tant que femme, il existe de plus en plus de communautés qui fédèrent les
entrepreneuses. Rejoignez les, c’est vraiment top de pouvoir s’entraider.

Et ton niveau d’english on en parle ? Es- tu bilingue ?

5 ans de love story avec un américain, ça vaut 10 ans de cours d’anglais!

Par contre j’ai toujours l’accent français mais j’aime en jouer!

Ton expression favorite de ton pays/ville d’accueil?

MIAMI MADE ME DO IT.
Si ça ne vous dit rien, allez vite sur thebichon.com

Selon toi, la chose la plus difficile dans l’expatriation?

La culpabilité et la frustration d’être loin de ceux qui nous sont chers.

La difficulté ensuite de voir partir la nouvelle “famille” que l’on recrée à l’étranger car finalement peu d’expats s’installent plus de 2-3 ans. Cela implique donc de se challenger régulièrement pour maintenir une vie sociale avec de vrais amis.

La chose la plus positive ?

Les inombrables rencontres, l’intensité des liens qui se nouent est décuplée.

Les visites de France qui créent des souvenirs dans un contexte complètement différent et rapprochent selon moi.

Ah oui et le plaisir de rentrer en France et d’être accueillie en “Guest star”!

Qu’est ce qui a changé le plus en toi entre la femme que tu étais avant de t’expatrier et la femme que tu es aujourdhui?

Je me sens libre et courageuse pour avoir osé à 32 ans démissionner et démarrer un nouveau chapitre de vie outre-atlantique. Je sais ce dont je suis capable.

Une expatriation réussie est un énorme boosteur pour la confiance en soi.

Je sais davantage ce que je vaux, ce qui me rend heureuse, ce que je veux et ce que je ne
veux plus.

Comment fais-tu pour trouver l’équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle à Miami?

Conjuguer les deux est beaucoup plus simple à Miami! Le rythme est assez « slow » et ça me va parfaitement car j’ai un tempérament plutôt « chill » comme on dit ici ;-).

A Paris, j’avais toujours le sentiment de courir après le temps. C’était hyper stimulant mais aussi assez frustrant.

Aujourd’hui, ce temps je le prends et j’ai gagné en sérénité !

Si demain on te dit on recommence, tu changerais quoi?

ABSOLUMENT RIEN!

Les joies, les peines,les rencontres, les départs, les succès, les épreuves, tout devait être vécu.

It feels SO right.

Ton conseil pour ceux qui ont envie de tenter l’aventure?

N’écoutez pas vos peurs ! Derrière chaque peur, il y a un désir!
Surmontez les, FONCEZ. Ce sera très certainement l’une des meilleures décisions de votre vie!

The Best is yet to come.

Merci Marilou pour ton témoignage si inspirant ! Comme quoi tout est possible même de gagner la Green Card à la loterie. Ne baissez jamais les bras si vous croyez en vos rêves.

Et n’hésitez pas a aller acheter un petit tee-shirt made in Miami sur son site , il y en a pour petits et grands et on adore !

Son site : thebichon.com

IG : bichon_undertheneons

FB : bichonapparel

Publié par

Mummy Parisienne et fashion expatriée récemment à Miami. Gourmande, bonne vivante et spontannée, j’adore découvrir et partager des bons plans. Ma devise " Souris à la vie, elle te le rendra". La quête du bonheur ne vous tombe pas du ciel, elle se cultive !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.