Portrait de Charlotte, Expat’ inspirante depuis ces 21 ans , Ex-journaliste reconvertie dans le e-commerce, maman comblée et fondatrice d’un Blog voyage Kids friendly

Voici le portrait de Charlotte, une expatriée plus qu’inspirante puisqu’à 21 ans elle a décidé de quitter la France et sa zone de confort pour aller s’expatrier et vivre dans des pays opposés à notre culture mais qui ont fait d’elle une femme entreprenante, courageuse et inspirante. De la Syrie à Miami en passant par San Francisco et maintenant à Alger, cette maman de 3 enfants qui se considère comme une citoyenne du monde, a crée son site pour les parents voyageurs Kids Friendly, son podcast et bientôt ses guides de voyages avec pleins de bonnes adresses.

Peux tu te présenter en quelques lignes

Je m’appelle Charlotte Burgoyne. Je suis une maman de trois enfants Céleste 5 ans, Sanaa 3 ans et Franklin 1 ans et fondatrice de Little Voyageurs, la référence voyage des tribus contemporaines lancé en 2016. Little Voyageurs est à la fois un blog, un podcast Little Voyageurs Jolis voyages en famille et un compte Instagram @littlevoyageurs.

Je suis Française, mariée à un Américain rencontré au Yémen. J’étais à l’époque journaliste correspondante pour Radio France, France24 et Arte depuis Sanaa; et lui développait des projets d’investissement dans l’agriculture. Nous avons quitté le pays pendant la révolution arabe , puis avons habité au Qatar, à San Francisco et Miami. Nous avons profité de notre expatriation aux Usa pour fonder notre famille. Nous y avons eu nos deux premières filles, puis avons sauté sur une opportunité professionnelle pour mon mari en Algérie en 2017. Nous y sommes toujours et avons eu un petit troisième l’année dernière. 

Pourquoi es-tu expatriée?
Volonté ou fruit du hasard?

C’est un choix qui s’est fait tout naturellement après mes études de journalisme à Paris.

Je souhaitais commencer à travailler en tant que correspondante à l’étranger, mais j’ai vite compris que j’allais devoir passer de longues années dans une rédaction parisienne avant d’être envoyée sur le terrain.

Du coup je suis partie à Damas en Syrie à 21 ans, seule, et j’ai commencé des missions de freelance pour les médias français depuis la Syrie et ses pays voisins.

Je ne suis donc pas une expatriée typique car ce n’est pas une entreprise qui m’envoie et me soutient.

Je me vois comme une citoyenne du monde.

Quels conseils peux-tu donner a un jeune qui a envie de tenter l’aventure?

Écouter la petite voix qui est en lui et foncer.

Partir à l’étranger permets de se trouver et de se découvrir d’avantage. Du coup on trouve plus vite sa voie et on apprend à identifier ce qui est vraiment essentiel à notre bonheur. Je suis aussi convaincue, notamment en regardant les parcours de mes amies autour de moi, que sur le plan personnel partir peut vraiment avoir du bon car on multiplie les rencontre et augmente ses chances de trouver LA bonne personne.

Comment peux-tu décrire ta vie d’expat’ d’hier et celle d’aujourd’hui? La différence entre les 2 ?

Ma vie d’expat d’hier était une vie d’étudiante, je vivais en colocation, gagnais de quoi subvenir à mes besoins, passais mon temps à enchaîner les reportages (pas toujours hyper « safe » genre aller rencontrer les membres du PKK en Irak, chasser les terroristes au Yémen, parcourir l’Iran…) et donc j’avais pas de responsabilités.

Ma vie d’expatrié aujourd’hui est une vie de maman entrepreneuse avec tout ce que cela implique.

Ma vie d’expat me permet d’exprimer toutes les facettes de ma personnalité au quotidien et c’est une énorme satisfaction.

Je me suis rendue compte, après quelques années à l’étranger que j’étais beaucoup plus extravertie depuis mon départ de France et que la timidité m’avait quittée.

Je pense qu’être entourée de personnes différentes de moi me permet de m’exprimer et me pousse à aller vers elles; et à sortir de ma zone de confort. J’adore çà.!

je me suis révélée en m’expatriant, j’ai pu exprimer tous les aspects de ma personnalité, notamment mon esprit aventurier au quotidien

J’ai l’impression d’avoir été libérée de mon cocon depuis mon installation à l’ étranger. Je pense que je ne vivrai plus jamais en France pour diverse raisons. Je l’aime toujours d’amour et trouve que c est le pays le plus beau du monde et où la nourriture est la meilleure mais elle ne me manque pas viscéralement.

Par ailleurs mon mari est très attaché à sa terre natale et me l’a toujours exprimé du coup, quand viendra le moment pour nous d’acheter une maison ça sera forcément aux États-Unis.

En quoi est-elle différente de ta vie en France?

Ma vie en France me semblait beaucoup plus routinière, avec un groupe d’amis restreint difficile à élargir. j’avais l’impression de faire moins de découvertes au quotidien et de ne pas vraiment grandir sur le plan personnel.

Ce que tu faisais avant ? Ce que tu fais maintenant?

J’ai toujours été journaliste à l’étranger. J’ai débuté par couvrir des sujets d’actualité, société et voyage pour Radio France, France 24, Arte et La Provence et le Petit Futé.

J’ai cessé ces collaborations lorsque j’ai quitté le Moyen Orient pour fonder une famille, et c’est alors que je me suis lancée dans l’aventure entrepreneuriale qui me correspond beaucoup plus et me permet de passer aussi beaucoup de temps avec mes enfants.

A présent je m’occupe de Little Voyageurs, la référence voyage des tribus contemporaines.

C’est un blog, un podcast et dans quelques semaines une collection de City Guides !!!

Peux tu nous parler un peu plus en détail de Little Voyageur et de comment t’es venu cette idée ?

L’idée de créer un blog sur le voyage en famille, et plus en particulier des guides de voyages pour les familles est née à San Francisco lors d’un déjeuner avec mon mari. Nous revenions de notre premier voyage en famille avec notre première fille Céleste. Nous étions parti en Uruguay pendant trois semaines et avions eu beaucoup de mal à trouver des infos pour préparer notre voyage et trouver des activités « kids friendly » sur place.

Mon mari a donc suggéré que je lance mon propre blog de conseils et bonnes adresses. J ai lancé un premier blog en 2014 (Nomad Bébé) que j ai ensuite professionnalisé avec une autre française expat sur Miami. Notre collaboration a vite pris fin et je suis maintenant seule au commande de Little Voyageurs.

Aujourd’hui au-delà du blog il y a un podcast, Little Voyageurs jolis voyages en famille et très bientôt une collection de guides de voyage pour les tribus modernes (la première en son genre !).

Nos guides papiers seront disponibles sur notre site et dans des concepts stores à travers le monde. Ils seront aussi disponibles en version digitale à télécharger et consultable sur votre téléphone.

Qu’est ce qui est le plus difficile pour toi dans l’entreprenariat en tant qu’expat’?

Ce qui est difficile pour moi c’est l’aspect administratif. Où baser sa structure? Sachant qu’on est amené à bouger tous les trois ans.

Je me lance dans le commerce en ligne et cela aussi va être compliqué à gérer de loin car les commandes se feront de France mais aussi potentiellement de partout dans le monde.

Il faut avoir une bonne organisation, j’ai opté pour tout centraliser en France avec ma maman qui s’occupera de la logistique.

La chose la plus difficile dans tes expatriations?

Le plus difficile est de retrouver au plus vite une routine à chaque nouvelle expatriation.

C’est primordial pour les enfants et pour moi afin de me remettre au travail au plus vite. J’apprends à chaque déménagement et je me dis que pour notre prochaine destination, je vais essayer de trouver une nounou / femme de ménage avant d’arriver, d’inscrire les kids dans une école et à des activités.

Le chose la plus positive?

Enrichir notre vie familiale de souvenirs indélébiles et qui nous soudent pour la vie.

Comment fais-tu pour trouver l’équilibre entre la working girl, la femme et la maman que tu es? Donnes-nous ton secret 😉

J’aimerai tellement pouvoir partager un secret mais honnêtement, je galère comme nous toutes.

J’avais a peu près trouvé un équilibre avant l’arrivée du troisième, mais la c’est compliqué. Je culpabilise encore trop souvent de ne pas passer assez de temps avec les kids les jours où je travaille, pas assez de temps avec le petit quand j’emmène les grandes faire leurs activités… Tout le monde semble content donc ça va !

Qu’est ce qui te manque le plus en tant qu’expatriée?

Avoir ma famille autour de moi, ma maman au quotidien pour profiter de ses petits-enfants (heureusement elle vient souvient)

Si tu devais donner UN SEUL ET UNIQUE conseil pour ceux qui ont envie de tenter l’aventure?

Foncez sans trop réfléchir. Vous en ressortirez enrichie et allez apprendre beaucoup sur vous, votre couple et vos kids.

Ton leitmotiv de tous les jours en une citation?

Ça va aller !

Merci Charlotte pour cette interview inspirante et bravo pour tes nouveaux projets. Retrouvez la sur les réseaux.

Publié par

Mummy Parisienne et fashion expatriée récemment à Miami. Gourmande, bonne vivante et spontannée, j’adore découvrir et partager des bons plans. Ma devise " Souris à la vie, elle te le rendra". La quête du bonheur ne vous tombe pas du ciel, elle se cultive !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.